Prochaines Journées d'études cliniques : 18 et 19 mars 2022

Les Journées d'études cliniques 2021
de l'Institut de Musicothérapie de Nantes

« La temporalité en musicothérapie  »
se sont déroulées 
à Nantes et en distanciel, les
Vendredi 19 et samedi 20 mars 2021

 

 

Le docteur M.C.SIAHMED, alias MUHUC,
psychiatre et dessinateur,
a sû apporter tout au long du colloque
sa 
contribution « picturale  oblique » 
aux situations évoquées par les orateurs ...

Muhuc2

Ouverture des journées d'études cliniques

Db 
Daniel BERNIER
Président de l'Institut de Musicothérapie de Nantes

Wjomaa
Pr Wassim JOMAA
Responsable universitaire du Master de musicothérapie, Institut Supérieur de Musique de Sousse, Tunisie

Photo bonnot 
Pr Olivier BONNOT
PU-PH faculté de médecine de Nantes
responsable universitaire DU de Musicothérapie

Argumentaire

Grille visio 1

La question du temps est au cœur des processus thérapeutiques, dans ce qui se joue et se rejoue, se structure, se construit ; dans ce qui peu à peu s’élabore et s’exprime. Le temps de l’alliance thérapeutique, la succession des séances et leur rythme, les interstices du temps entre chacune d’elles, la durée de l’accompagnement, l’alternance entre musique et verbalisation : la musicothérapie se déploie dans une temporalité dont la prise en considération doit permettre la mise en œuvre d’un cadre apaisé, structurant et équilibré, lorsque la vie ou la pathologie confinent à un vécu qui parfois disperse ou se précipite, parfois s’étire en éternité…
La musique aussi est « un art du temps », nourrissant nos cultures, sculptant nos sociétés en traversant les siècles ; elle se nourrit de nos rythmes internes, de nos battements vitaux, et alimente en retour notre intériorité autant que nos liens sociaux.
Les dispositifs de musicothérapie doivent être imaginés, pensés et ajustés pour permettre au patient de se mettre à l’écoute de ses rythmes et de sa musique intérieure, de s’ouvrir à sa créativité, entre ostinato et improvisation.
Nous nous appuierons sur l’expérience de musicothérapeutes exerçant dans différents champs cliniques, approchant des situations de vie diverses : néonatologie, personnes incarcérées, enfants avec des troubles du spectre autistique, un handicap moteur ou psychique, un polyhandicap, un vécu dépressif, une schizophrénie, enfants ou adultes en fin de vie…

Amphi17 
Organisation du colloque :
Institut de Musicothérapie de Nantes
Comité de pilotage :
Cécile Frand et François-X.Vrait
pour le CA de l'IMN, avec 
Fanny Baheux
Jean Clergeau
Cécile Fourage

Gwénaëlle Ambuhl
Nicolas Jaud
Marie Leblanc
Anne Lesage
Marion Muga
Julie Sore
l

 

Les conférences

Wjomaa 
Pr. Wassim JOMAA
Dr en musicologie, maitre assistant à l'Institut Supérieur de Musique et Musicologie de Sousse,
directeur du Master de musicothérapie (faculté de médecine et ISM de Sousse, Tunisie) 

« TempOralité en musicothérapie au Maghreb : Rythmique du chant vs Rythmicité du verbe »

« TempOralité » : N’est autre qu’un vocabulaire nouvellement façonné de la fusion entre Tempo et Oralité, un terme qui peut paraitre étrange pour les uns ou les autres et qui vient enrichir le champ lexical de musicologie.
Parler du temps, du rythme et de l’oralité dans les pratiques musico-thérapeutiques au Maghreb est le but ultime de cette fusion et de cette réinvention.  
Il va de soi que l’oralité a joué, et ce depuis la nuit des temps, un rôle prépondérant dans la sauvegarde du patrimoine historique, culturel et artistique maghrébin et a constitué la pierre angulaire dans la transmission des pratiques et des savoirs. Ce modèle de transmission vigoureux et productif du patrimoine poétique, littéraire et musical véhiculé par ses langues maternelles autochtones (l’arabe, la darija et les langues amazighes) a pu résister aux essais de modernisation et d’occidentalisation et se réadapter aux changements incessants des sociétés maghrébines.
Notre approche, voulue pluridisciplinaire, va tenter de retracer les liens entre les pratiques musico-thérapeutiques au Maghreb, l’apport de la rythmique du chant (Modes, Rythmes et interprétation) et la rythmicité du verbe (élément fondamental dans la culture musicale arabe) d’une part, et va aborder d’autre part, les mutations de ces concepts et ses cadences (entre accélération et décélération).

Musicothérapie en soins palliatifs et accompagnement de fin de vie

Eledeuil 1
Emmanuelle LEDEUIL
musicothérapeute
en soins palliatifs enfants
CHU Dijon

Cecile fourage
Cécile FOURAGE

Musicothérapeute
en soins palliatifs adultes
CH Douarnenez

« Soins palliatifs : quel tempo ? »

Le temps des soins palliatifs est le temps qu'il reste. Il peut parfois s'étendre sur des semaines, voire des mois, car la mort n'est pas toujours imminente.
Nous nous appuierons sur des vignettes cliniques afin de réfléchir aux différentes temporalités qui s'articulent autour du patient, de la pédiatrie aux soins palliatifs adultes.

Musicothérapie en néonatologie

 

 

Dominique brugger
Dominique BRUG​GER 
Musicothérapeute, Besançon)

 

 

 

 

Photo muga
Marion MUGA 
musicothérapeute
(néonatologie, Paris)

« Regards croisés sur la musicothérapie auprès des nouveaux-nés prématurés »

Dominique BRUGGER
Musicothérapie avec la « dyade prématurée » pendant l’alimentation : une question d’accordage ?
La musicothérapie avec la «dyade prématurée » appartient aux cliniques de l’extrême. Afin de comprendre les processus en travail, et observer leurs effets, nous partagerons quelques extraits de vignettes pendant l’alimentation du nourrisson. Les premiers éléments de l’accordage musicothérapique avec la dyade prématurée seront énoncés.
 (La dyade prématurée est un couple mère nourrisson dont la naissance avant terme a provoqué chez chacun de ses membres un choc massif, souvent traumatique sidérant, toujours systémiquement désorganisant, et qui, du fait de l’enjeu vital pour le nourrisson, se trouve en situation d’urgence adaptative, alors que ni l’un ni l’autre de ses membres n’a la maturité physiologique, psychique et affective nécessaires à gérer les effets du choc).

Marion MUGA
Musicothérapie et prise en charge de la douleur : quelle temporalité ? 
La musicothérapie au sein d'un service de néonatalogie émerge de la rencontre avec un bébé ayant eu une naissance prématurée et/ou difficile. Ce bébé, fragile et immature, est séparé de façon brutale du ventre de sa mère. 
La musicothérapie s'installe dans une démarche d'amélioration de l'environnement sonore du service de néonatalogie, mais également dans l'interaction avec ce nouveau-né par le biais de la musique. Cependant, qu'en est-il de la prise en charge de la douleur pour ces nouveaux-nés ? Quelle place peut prendre la musicothérapie dans cette prise en charge si particulière ?
Au travers de différentes vignettes cliniques, nous allons observer comment la création d'un "bain sonore" et d'une enveloppe sonore contenante accompagne le soin et apporte une détente corporelle ainsi que physique à chaque personne présente.

Musicothérapie auprès d'enfants avec des TSA

Photo labriet
Rachel BARTHELEMY
Docteur ès musicothérapie-SMH, 
musicothérapeute, CH Alpes-Isère, 38)

« Vers un accordage des temporalités dans la prise en charge d'enfants autistes »

À partir de la théorie temporo-spatiale de Bruno Gepner sur la perception des sujets autistes, et au travers d'autres travaux de différentes obédiences théoriques, nous proposerons une réflexion sur la rencontre de la temporalité du musicothérapeute et de celle du jeune enfant porteur d'autisme sévère. Quelques vignettes cliniques illustreront notre propos.

Musicothérapie auprès de patients en milieu carcéral

Photo c frand
Cécile FRAND
musicothérapeute, Nantes

Photo frrenaudin
Franck RENAUDIN

Infirmier secteur psychiatrique 

Photo lola biagini
Docteur Lola BIAGINI
médecin psychiatre

Service Médico-Psychologique Régional
Centre de détention, CHU Nantes

« Groupe Voix: du temps fracturé au temps du lien
la voix comme médium malléable au service des cliniques de l'archaïque »

Musicothérapie auprès de patients en milieu carcéral
L'exercice de la psychiatrie en milieu pénitentiaire nous confronte régulièrement à ce que nous pourrions appeler une "clinique de l'archaïque", si nous nous référons au mode de fonctionnement de ces personnes qui ne trouvent d'issue à leurs tensions intrapsychiques que dans l'agir, faute souvent de capacités de symbolisation suffisantes pour pouvoir mentaliser leurs éprouvés.

Auprès de ces personnes, nous constatons les obstacles auxquels les dispositifs de soins les plus courants (psychothérapie individuelle, médiations autour d'un support prédéfini) peuvent parfois se heurter.

Le groupe voix est né de ces pierres d’achoppement et d'une volonté commune de proposer un médium suffisamment malléable pour pouvoir mettre au travail ce qui pour certains patients se joue en deçà du nommable et du pensable.

La voix ainsi pensée et son déploiement au sein des enveloppes psychocorporelles individuelles et groupales, permet une (re)mise en mouvement de la pensée pouvant ouvrir certains chemins psychothérapiques jusque-là inexplorés.

 

Musicothérapie auprès de jeunes polyhandicapés

Photo vivian querido

 

 


Vivian QUERIDO

musicothérapeute, Hull,
East Yorkshire (Angleterre)

« Le polyhandicap : Moments charnières dans la communication musicale »

Les enfants polyhandicapés requièrent du temps pour traiter l’information, pour explorer des instruments musicaux et pour rentrer dans une relation thérapeutique.  Au fil des prises en charge étirées, nous observons des moments charnières (« meaningful moments ») qui peuvent, par exemple, surprendre le thérapeute ou signaler le passage à une prochaine phase dans le parcours de la musicothérapie.  Ce travail utilise une approche individuelle, centrée sur l’improvisation clinique. 

Le temps, le corps, le rythme, la voix

Photo ripoche
Bertrand RIPOCHE
musicien-intervenant,
percussionniste, Nantes

« Cheminement et Performance collective, Corps Rythme Voix »

Les tables rondes sont accessibles en visioconférences

 

Img 20181119 wa0001 2

Salle thématique F, grand amphi

Temps d'échanges et de questionnement collectif. Le débat sera ouvert avec de courtes réflexions préliminaires apportées par des musicothérapeutes à partir de leur expérience clinique.
Conçues essemtiellement pour le mode distanciel, ces tables rondes permettront à chacun de pouvoir intervenir, en utilisant le 'chat' ou directement par oral sur invitation des modérateurs.
 

Table ronde n°1 
« Le temps institutionnel et l’espace de la musicothérapie »

Modérateurs : Julie Sorel, François-Xavier Vrait

Avec la participation de
Marie-Armelle Corgne-Lavigne, Emmanuelle Carasco, Roberte Laporal, Jonathan Tual

Table ronde n°2
« La créativité du musicothérapeute à l'épreuve par temps de Covid »

Modératrices : Cécile Fourage, Marion Muga 

Avec la participation de
Rachel Barthélémy, Marie Leblanc

 

 

Les ateliers et salles thématiques (en présentiel uniquement)

Salle thématique A

   « Looper : temps, retour du temps,
une expérience musicale de la boucle »

Photo c leguillerm
avec Cédric Le GUILLERM, compositeur

                                   Photo j clergeau
et Jean CLERGEAU, musicothérapeute

Phase, déphase, emphase … entre arrêt du temps et mouvement perpétuel

La répétition du temps, à l’infini, est ce que nous propose la musique. Les battements du métronome resteront toujours les mêmes, jusqu’à ce que la main qui les a enclenchés intervienne, ou que la machine s’enraye. Evidemment, l’intervention humaine ne se limite pas à faire varier le curseur du tempo ou le cas échéant le volume du métronome : l’Homme a reconnu, établi et conçu un instrument qui mesure le temps. Ce retour éternel de la pulsation est d’origine organique. Cela n’est pas sans rappeler le battement du cœur qui à la fois introduit et termine la vie. Une différence importante nous distingue pourtant du métronome, son battement est mécanique, celui de l’homme est analogique, organique.
Dans les comptines pour enfants, la musique apporte une structure immuable, invariable, un pilier sur lequel se fonde la mémoire pour assimiler le verbe, les paroles, le déroulé de l’histoire. Elle représente le cadre dans lequel il est possible d’évoluer, de la discontinuité intrinsèquement liée à une sorte de continuité perpétuelle.
Dans la musique indienne la boucle est la condition sine qua non du discours musical. La culture musicale indienne a inventé ce qu'on pourrait nommer un véritable art de la boucle, avec des rythmes très complexes et des métriques variées.

C’est dans cet espace que nous vous proposons d’expérimenter et d’échanger sur la boucle, le retour du temps, et sur le changement élaboré par notre cerveau lorsqu’il évolue dans un environnement cadencé.
Cédric Le Guillerm est compositeur de musiques de film. Il nous expliquera comment il conçoit ses œuvres et comment sa musique donne du relief aux rythmes de l’image. Il est aussi improvisateur. Nous naviguerons des instruments dits classiques aux machines aujourd’hui disponibles telles que le looper ou les programmes informatiques. Nous présenterons alors certaines techniques musicales d’improvisation, et verrons quelques unes des applications possibles dans le cadre d’une musicothérapie.

Salle thématique B

  « Du temps au non-temps :
proposition d’expérimenter le temps
 silencieux »

Photo gudin 
avec Jacques GUDIN, psychanalyste 

                                      Photo n jaud
et Nicolas JAUD, musicothérapeute  

La mélodie du Silence… Entre temps et non-temps
La dimension thérapeutique intègre les rythmes pour harmoniser un univers psychique en proie à l’affolement et à la confusion. Le rythme a cette capacité de recréer un ordre, dans une psyché qui se vit comme profondément en désordre…
En introduisant des scansions de durée préétablie… sur les rythmes de la cure… la durée… l’écoute… la verbalisation… voire les exercices..., c’est permettre à la personne en cure de retrouver sa propre musique intérieure et j’entends plus précisément… se réapproprier son temps intérieur…
Le temps intérieur est fait d’une succession de moments forts… et de moments faibles… de moment de réflexions et d’analyse et des moments de silence… des moments de rêveries et d’imaginaire… suivis de repos ou de simple quiétude…
Se sentir à l’aise dans ses rythmes intérieurs c’est laisser le flux s’épancher sans lui imposer de contraintes insupportables ; trop de concentration ; un objectif inatteignable ; un enjeu trop fort…
Retrouver son temps intérieur c’est retrouver la tranquillité….


 

 

 

 

Instrumentarium1

Salle thématique C

«  La temporalité dans la pratique orale du conte »

Q foureau 
avec Quentin FOUREAU, conteur
                                        Photo c frand
et Cécile FRAND, musicothérapeute

La pratique du conte, de l'imaginaire, du personnage dans une temporalité oralisée peut permettre de dire à travers soi et peut-être de trouver une voie pour faire entendre sa propre voix. Raconter le temps c'est prendre son temps, vers soi. Recontextualiser la réalité dans l'imaginaire du conte pourrait permettre de reformuler l'expérience du vécu.

Salle thématique D

« L'expérience du temps en danse :
du temps codé à la temporalité subjective » 

Juliette clerc  avec Juliette CLERC, danse-thérapeute

A travers différentes propositions de danse-therapie nous traverserons des expériences temporelles :  celle du temps codé d'une chorégraphie et de sa musique à celle du temps subjectif, un ressenti propre à chacun, à travers des improvisations et de la conscience corporelle.


Wordcloudjetemporalite

 

     Img 20181115 wa0003 5

Espace de découverte de la Fédération française de Musicothérapie

«  FORUM DES PROFESSIONNELS » 

Table ronde animée par la Fédération Française de Musicothérapie

 avec

Emilie Tromeur-Navaresi, présidente FFM

Maël Grand, vice-président FFM

 

130273510 1295494327480578 8087506252968603456 o 1320x1320

Date de dernière mise à jour : 16/04/2021